A Yaoundé, Le Centre Pasteur ouvre désormais sept jours sur sept.

le CPC de yaounde ouvre désormais tous les jours même le dimancheLe laboratoire médical du Centre Pasteur du Cameroun continue d'étendre ses horaires à Yaoundé.

Désormais, les usagers peuvent effectuer leurs analyses tous les jours même le dimanche. Et pour éviter le désagrément de l'attente, il est possible de payer ses examens à l'avance, tous les jours jusqu'à 19heures. Par cette démarche, le Laboratoire Médical du Centre Pasteur veut renforcer la qualité et l'accessibilité de ses services, pour une meilleure prise en charge des usagers camerounais. 

Alors, à très bientôt dans nos locaux. 

 
Lire la suite

Dr Sara EYANGOH parmi les 200 femmes francophones leaders en santé mondiale

La branche francophone de Women in Global Health (WGH) a rendu publique au mois de décembre 2018, une liste de 200 femmes francophones leaders dans le domaine de la santé, dont fait partie Dr Sara EYANGOH, Directeur Scientifique du Centre Pasteur du Cameroun. Cette liste a été mise au point dans le but de valoriser la contribution des femmes dans le domaine de la santé mondiale afin de remédier à l’écart entre les genres. Selon Roopa Dhatt, Directrice exécutive et Co-fondatrice de WGH, l’initiative WGHFrancophone est un formidable effort mené par des femmes de la diaspora francophone pour reconnaître les francophones qui ont contribué à la santé mondiale, à travers leur leadership, leur expertise, leur recherche et leur vie dédiée à la santé mondiale.

Camerounaise d’origine, il ressort du parcours de Dr Sara EYANGOH qui a été choisie pour la qualité et la pertinence de ses actions, qu’elle est une microbiologiste moléculaire qui travaille au Centre Pasteur du Cameroun (CPC) à Yaoundé. Elle est titulaire d'un doctorat en biochimie de l'Université de Yaoundé I au Cameroun, d'un doctorat et d'une accréditation pour diriger des recherches en microbiologie de l'Université Paris Diderot en France. Elle est également titulaire d'un diplôme de recherche appliquée en maladies infectieuses tropicales de l'Agence Universitaire de la Francophonie.

Depuis 2003 à la tête du Service de mycobactériologie qui est laboratoire de référence pour le programme national de lutte contre la tuberculose et l’Ulcère de Buruli, elle est nommée en 2012, Directrice Scientifique du Centre Pasteur du Cameroun, où elle coordonne la recherche, les activités de santé publique et celles de contrôle des eaux, des aliments et de l'environnement. En plus de ces responsabilités, Dr EYANGOH est activement impliquée dans la recherche, le contrôle et la surveillance de la tuberculose et de l'Ulcère de Buruli au niveau mondial, et plus particulièrement en Afrique subsaharienne, où ces deux maladies infectieuses constituent un problème de santé publique. Elle a initié le cours international sur la microbiologie de Mycobacterium ulceransfinancé par Ie RIIP (Réseau International des Instituts Pasteur), l'OMS et la Fondation Sanofi. Elle dispense des cours organisés par l'Institut Pasteur de Paris et enseigne à l'Université de Yaoundé I.

Dr EYANGOH a été membre du comité scientifique de plusieurs institutions et programmes tels que le PARRAF (Programme de recherche en réseau en Afrique), l'IRD (Institut de recherche en développement), le STAC (Scientific and Technical Advisory Committee)  du TDR(Special Program for Research and Training in Tropical Diseases) pour lequel elle examinera les stratégies de mise en œuvre de la recherche et d'intervention de santé publique fondées sur des preuves scientifiques en Afrique subsaharienne, en particulier dans les pays francophones. Scientifique expérimentée,  elle a été membre de l'initiative des laboratoires mondiaux de l'OMS (2012-2014) et agit à titre de consultante temporaire sur des questions techniques relatives à la tuberculose et à l'ulcère de Buruli en fournissant un soutien technique aux laboratoires des pays désignés.

Pour Women in Global Health, les efforts doivent continuer pour élargir la portée de cette initiative afin de donner de la visibilité aux femmes du monde entier, en particulier celles des pays à revenus faibles ou intermédiaires, et qui travaillent au quotidien à améliorer la santé et l’équité au sein des populations.

Lire la suite

DIAGNOSTIC DE LA MENINGITE BACTERIENNE : la PCR en temps réel fait gagner du temps

La formation sur le diagnostic de la méningite bactérienne par PCR en temps réel, dans le cadre du projet de recherche ASID en collaboration avec le CDC Atlanta s’est tenue du 18 au 23 février 2019 dans les locaux du Centre Pasteur du Cameroun (CPC).

Renforcer les capacités des laboratoires pour le diagnostic et la surveillance des méningites bactériennes dans la ceinture de la méningite Sub-saharienne, tel était l’objectif visé par cette formation qui a permis aux participants d’être capacités sur les outils de diagnostic qui sont robustes, rapides, fiables et qui permettent de riposter le plus rapidement possible et de façon plus efficace lorsqu’on a une alerte de cas épidémique ou même pour la surveillance au cas par cas. Supervisée par Dr DEGHMANE ALA EDDINE, chargé de recherche à l’unité des infections bactériennes invasives, Directeur adjoint du Centre National de Référence (CNR) des méningocoques et haemophilus influenzae et Centre Collaborateur OMS des méningites bactériennes, assisté de Madame HONG EVA, Ingénieur de Recherche à l’Institut Pasteur de Paris, et de Mademoiselle CHEHBOUB SARA Technicienne Supérieure de Recherche à l’Institut Pasteur de Paris, ladite formation s’est déroulée en 2 phases : la première qui s’est voulue théorique consistait à donner une formation sur les outils de diagnostic, et la seconde plus pratique a permis aux participants de mieux s’approprier par la pratique, les différents outils de diagnostic.  Ont pris part à cette formation, les techniciens de laboratoire du CPC Yaoundé et Garoua, ainsi que le chef De Service Hygiène et Environnement microbiologie.

En cas de suspicionde méningite, l’existence d’une infection des méninges devra être étayée par une ponction lombaire. Il s’agit d’un examen impressionnant et désagréable, mais peu dangereux qui consiste à prélever un peu de liquide céphalorachidien (LCR) entre deux vertèbres à l’aide d’une fine aiguille. Ce fluide qui entoure les méninges sera examiné par la technique de la PCR en temps réel afin de voir s'il contient des germes et si sa composition et son niveau de pression sont modifiés.Dès que les résultats sont disponibles, les cliniciens peuvent prendre le patient en charge pour les tests positifs ou recommander la prévention au Centre Pasteur du Cameroun qui propose un vaccin quadrivalent à vie.

 Rappelons qu’avant cette méthode, le diagnostic de la méningite se faisait par culture, bien qu’elle soit sujette à plusieurs limites, notamment le temps. Car le prélèvement devait être acheminé dans l’heure qui suit, ce qui faussait parfois les résultats du diagnostic. Donc la mise en place d’une PCR en temps réel va permettre que même si le prélèvement est dégradé, le clinicien pourra mettre en évidence l’agent étiologique de la maladie. Cette technique présente deux avantages majeurs. Le premier est qu’elle est plus sensible, plus rapide et détectera le germe malgré la faible quantité d’ADN, et le second est qu’elle devrait améliorer le diagnostic de la méningite, et par conséquent avoir un gros impact sur la surveillance de la méningite bactérienne au Cameroun.

Pour l’heure,  le Centre Pasteur du Cameroun est le seul à implémenter cette nouvelle technique, et la formation aura contribué à renforcer son expertise en tant que laboratoire national de référence des méningites bactériennes au Cameroun.

Lire la suite

Le Centre Pasteur du Cameroun forme à l’utilisation de la technique TB LAMP pour le diagnostic de la tuberculose

La première cuvée des formateurs à l’utilisation de l’outil de diagnostic moléculaire de la tuberculose (TB-Lamp) a été formée par le Centre Pasteur du Cameroun au cours d’un atelier qui s’est tenu du 23 au 25 janvier 2019.

Former des techniciens de laboratoires à la formation des autres techniciens dans le cadre de l’utilisation de la nouvelle technique de diagnostic moléculaire de la tuberculose TB-LAMP était l’objectif visé par cet atelier qui s’est déroulée du 23 au 25 janvier 2019 dans les locaux du Centre Pasteur du Cameroun (CPC), sous la houlette de Dr Valérie Donkeng, cadre au Service de Mycobactériologie du CPC. Venus des laboratoires du Centre Pasteur du Cameroun, de l’hôpital Jamot de Yaoundé et de l’hôpital Régional d’Ebolowa, les 05 techniciens de laboratoires formés ont pu acquérir des connaissances théoriques et des compétences qui leurs permettent d’exercer plus efficacement, et de transmettre ces connaissances une fois retournés dans leur lieu de travail respectif.  Au terme de cette formation, les participants ont remercié le CPC pour cette opportunité qui apporte une réelle valeur ajoutée dans la qualité du diagnostic de la tuberculose au Cameroun. Car jusqu’ici, la méthode la plus fréquemment utilisée pour détecter la tuberculose est l’examen au microscope sur frottis de crachats. Cet examen présente certains inconvénients qui empêchent le diagnostic précoce et précis de la tuberculose (faible sensibilité, notamment en présence d’échantillons prélevés sur des enfants ou en cas de co-infection par le VIH, manque de personnel correctement formé, difficulté à différencier le complexe mycobacterium tuberculosis des autres mycobactéries non liées à la tuberculose). La nouvelle technique de diagnostic moléculaire par TB-Lamp vient ainsi remédier à ces insuffisances grâce à ses caractéristiques qui en font un outil de diagnostic de choix, notamment pour les structures périphériques : délai d’obtention des résultats plus courts (moins d’une heure) ; cadence flexible (entre 16 et 96 tests par série) ; sensibilité et spécificité élevées.

  Dans son mot de clôture, le Dr Sara EYANGOH, Directeur Scientifique du CPC s’est adressée aux participants en leur rappelant qu’ils sont désormais au cœur de l’implémentation de la technique au niveau du pays. Ils se doivent par conséquent d’être des exemples car en Afrique le Cameroun est le premier pays à utiliser cette technique. Ces techniciens nouvellement formés feront donc partis des références sur le plan national et international en ce qui concerne l’utilisation de la technique TB-Lamp pour le diagnostic moléculaire de la Tuberculose.

Lire la suite