[Journée Mondiale du SIDA : le Centre Pasteur du Cameroun, un pilier du dispositif de lutte du gouvernement]

L'implication du Centre Pasteur du Cameroun (CPC) dans la lutte contre le SIDA au Cameroun remonte aux années 1990 avec l'identification des premières souches de VIH-1 (group O) et VIH-1 (group N) au Cameroun.

 Depuis cette période, le Ministère de la Santé s'appuie sur l'expertise du CPC pour lutter contre cette pandémie.

Le Centre Pasteur du Cameroun a été de 2000 à 2014, l'unique laboratoire à réaliser les Charges Virales VIH au Cameroun. Il continue à ce jour de participer activement à cette activité. Dans la zone du Grand Nord du pays, l'annexe du CPC est également impliquée dans la réalisation des charges virales depuis 2014.

Sur le plan de la sérologie, le Centre Pasteur réalise plusieurs interventions au rang desquelles :

- La réalisation des tests de diagnostic et de confirmation des cas indéterminés ;

- La surveillance du VIH de types VIH-1 et VIH-2 et groupes (M, N, O, P) ;

- L'évaluation des Tests de Dépistage Rapide (TDRs) qui sont utilisés dans les formations sanitaires ;

- L'évaluation de la prévalence nationale du VIH lors des Enquêtes Démographiques de Santé (EDS) de 2004, 2011 et 2018.

- L'amélioration de la prise en charge du VIH pédiatrique grâce au Projet PEDIACAM lancé en 2007 en faveur des nouveau nés et enfants au Cameroun et en Afrique Subsaharienne.

Cette année, la Journée Mondiale du SIDA a pour thème : METTRE FIN AUX INEGALITES, METTRE FIN AU SIDA, METTRE FIN AUX PANDEMIES".

 Cette thématique entre en droite ligne avec les priorités du CPC qui est laboratoire national de référence de l'infection à VIH.

Lire la suite

Gouvernance: la Direction Générale du Centre Pasteur impulse une nouvelle dynamique.

Comment améliorer les performances du Centre Pasteur du Cameroun (CPC) ? Comment faire face à la concurrence ? Que faut-il faire pour s'arrimer aux exigences internationales tout en respectant la législation nationale ? 
Toutes ces questions et bien d'autres étaient au centre des discussions entre le top management et les chefs de service du Centre Pasteur du Cameroun dans le cadre des journées internes organisées au Relaxe Hôtel d’Ebang du 3 au 4 novembre 2021. 
La délégation pasteurienne conduite par son Directeur Général, a échangé sur les défis rencontrés dans la mise en œuvre des missions de l'institution, notamment dans la recherche et santé publique, la formation et les activités de service. Il était également question de recenser des pistes de solutions qui permettront au CPC de rester un maillon fort du système de santé national et international.
Plusieurs exposés ont meublé ces assises et portaient sur l’état des lieux en ce qui concerne les activités de services, la recherche et santé publique, la gouvernance et le Centre Pasteur Annexe de Garoua. Ces derniers ont permis d'apprécier les acquis et relever les écarts à combler dans les activités aussi bien à Yaoundé qu'à l'annexe de Garoua et à l'antenne de Douala.
En ouvrant les travaux, le Directeur Général a voulu des échanges ouverts et a salué le dynamisme dont font preuve les équipes pour accomplir les missions de l'institution dans des conditions de travail pas toujours aisées. A cet effet, le Dr Kazanji, Directeur Général s'est voulu rassurant. "Nous allons travailler ensemble et dans les conditions optimales. C'est très important pour moi “ : a-t-il rappelé. Il a par ailleurs exhorté le personnel à travailler en équipe tout en formulant le vœu de voir le CPC redorer son blason sur les plans national et international.
La finalité derrière la tenue de ce séminaire était de recueillir les idées et proposition en vue de l'élaboration en 2022, du plan stratégique 2023- 2026.
Le train est d'ores et déjà sur les rails.
Lire la suite

Dr Sara EYANGOH, élevée à la dignité de Chevalier de l'Ordre Nationale du Mérite Français

Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République de France par décret du 9 juillet 2021,  a élevé Dr Sara Eyangoh, PhD, HDR à la dignité de Chevalier de l'Ordre Nationale du Mérite Français pour son dynamisme et son exigence dans la conduite des activités scientifiques du Centre Pasteur du Cameroun (CPC) et au regard de son investissement remarquable sur la lutte contre la pandémie de Covid-19. 

Pour rappel, Dr Sara EYANGOH est depuis 2003 à la tête du Service de mycobactériologie qui est laboratoire de référence pour le programme national de lutte contre la tuberculose et l’Ulcère de Buruli. C'est en 2012, qu'elle est nommée Directrice Scientifique du Centre Pasteur du Cameroun, où elle coordonne la recherche, les activités de santé publique et celles de contrôle des eaux, des aliments et de l'environnement. 

Dr EYANGOH est activement impliquée dans la recherche, le contrôle et la surveillance de la tuberculose et de l'Ulcère de Buruli au niveau mondial, et plus particulièrement en Afrique subsaharienne, où ces deux maladies infectieuses constituent un problème de santé publique. Elle dispense par ailleurs des cours organisés par l'Institut Pasteur de Paris et enseigne à l'Université de Yaoundé I.

Le personnel de Centre Pasteur du Cameroun exprime sa gratitude au Dr EYANGOH pour sa contribution et son dévouement dans les activités scientifiques/de santé et lui souhaite plein succès dans ses multiples fonctions.

 

Lire la suite

Le Centre Pasteur du Cameroun (CPC) a inauguré la plateforme d’entomologie médicale de son Service de Paludologie le mardi 26 octobre 2021.

                                                                                                               La cérémonie d’inauguration présidée par le Dr Malachie MANAOUDA, Ministre de la Santé Publique, s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de France au Cameroun, du Représentant pays de l’OMS, de la Présidente du Conseil d'Administration du CPC, et de plusieurs autres autorités et responsables du secteur de la santé. 
Logée au sein du service de paludologie, la plateforme d’entomologie médicale du Centre Pasteur du Cameroun va contribuer à l’amélioration de la recherche dans la lutte contre le paludisme et d’autres maladies à transmission vectorielles au Cameroun et dans la Sous-région Afrique Centrale.
L’infrastructure sera particulièrement dédiée aux études des insectes vecteurs de maladies circulants au Cameroun, à l’évaluation de leur capacité à transmettre les pathogènes et à la recherche de nouveaux candidats vaccins et médicaments pour interrompre la transmission.
En collaboration avec de nombreux partenaires nationaux et internationaux, cette plateforme facilitera le développement et la validation de nouveaux outils de lutte (médicaments, candidats vaccins) contre le paludisme ainsi que la formation, le renforcement des capacités et transfert de compétence aux niveaux national et régional. « Nous sommes très content d’avoir contribuer à installer cette plateforme. Maintenant, il va falloir la faire vivre avec des scientifiques et chercheurs. » a relevé Christophe GUILHOU, ambassadeur de France au Cameroun. 
Rappelons que les équipements de la nouvelle infrastructure ont été cofinancés par l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l'Ambassade de France au Cameroun à hauteur de 140 millions de FCFA. Le bâtiment qui l’abrite a quant à lui été financé par le gouvernement camerounais dans le cadre du contrat Plan et inauguré le 12 novembre 2019, lors de la célébration des 60 ans du Centre Pasteur du Cameroun.
Dr. Jean Marc HOUGARD, Représentant de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en Afrique Centrale, dans son allocution a révélé que 10% du produit de la recherche de l’institution dont il a la charge est attribué au Cameroun, et la collaboration avec le Centre Pasteur du Cameroun a largement contribué à ce pourcentage.
« Le paludisme reste un problème majeur de Santé Publique.  L’OMS classe le Cameroun parmi les 11 pays dans le monde qui paient le plus lourd tribut à cette maladie. La plateforme d'entomologie va apporter une réponse à certaines épidémies telles que le paludisme, la dingue, le chikungunya, etc. » a rappelé le Dr Mirdad KAZANJI, Directeur Général du Centre Pasteur du Cameroun (CPC). « Cette plateforme d’entomologie médicale est une grande avancée sur la voie de l’endiguement du paludisme » a renchérit le Ministre de la santé qui a par ailleurs salué la détermination du Personnel du Centre Pasteur du Cameroun et souhaité que la coopération entre la France et le Cameroun se poursuive également dans d’autres domaines de la santé.
Lire la suite