Communication sur les urgences en santé

L’expertise du Centre Pasteur du Cameroun (CPC) a été sollicitée à l’occasion d’un atelier de formation des journalistes francophones d’Afrique centrale et de l’Ouest sur les reportages en situation d’urgence de santé. 

L’évènement qui s’est déroulé à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé du 05 au 09 décembre 2016 était organisé par l’Association des journalistes et communicateurs scientifiques du Cameroun, avec l’appui de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques.

La contribution du CPC, tout d’abord portée par Dr Marie-Astride Vernet et Dr Maurice Demanou s’est intéressée aux maladies infectieuses, aux urgences en santé publique et aux épidémies, avec un focus sur les urgences en santé du moment: fièvre jaune, dengue, zoonoses,...

Par la suite, Dr Suzanne Belinga a entretenu les journalistes sur l’ABC du vaccin et la vaccination dans la lutte contre les maladies infectieuses. 

A l’issue de cet atelier, des interviews de Dr Demanou et Dr Belinga ont été diffusés à la CRTV radio, et les organisateurs ont manifesté leur satisfaction quant à la qualité de la prestation des experts du CPC.

Lire la suite

Une délégation de UNITAID au CPC

  Une délégation de l’organisation internationale a visité le Centre Pasteur du Cameroun (CPC) ce jeudi 17 novembre 2016. Les échanges, d’une durée d’environ une heure, se sont déroulés      en    présence du Dr Guy Vernet, du Dr Sara Eyangoh et du Dr Suzanne Belinga, respectivement  Directeur Général, Directeur Scientifique et Directeur Médical au Centre Pasteur du Cameroun.  L’équipe de UNITAID, conduite par Philippe Duneton, son Directeur Adjoint accompagné, des représentants du Ministère de la Santé, du Fond Mondial de l’ONUSIDA et d’expertise   France n’est pas venue en visite de courtoisie.  Elle est venue s’informer de notre  apport quant à  l’accès des populations aux tests de diagnostics contre le VIH/Sida, le paludisme, l’hépatite C  et la tuberculose.

Nos hôtes ont salué la contribution du CPC à  l’atteinte des objectifs trois 90 de l’ONUSIDA. Il s’agit qu’à l’horizon 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique ; 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable et enfin qu’à l’horizon 2020, 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée. Dans ce cadre, en plus des confirmations des tests sérologiques VIH, le CPC est l’un des laboratoires nationaux de référence pour la réalisation de la charge virale VIH qui permet de mesurer l’efficacité des traitements antirétroviraux. En plus le Centre Pasteur offre son expertise au Ministère de la Santé Publique pour la quantification des besoins nationaux en réactifs et consommables et surtout participe activement au stockage et à l’approvisionnement des laboratoires en réactifs de qualité pour la réalisation des charges virales. Enfin, la prise en charge pédiatrique des enfants infectés par le VIH et la prévention de la transmission de la mère à l’enfant, ont été évoquées à travers des projets comme  TB – KIDS et PEDIACAM que le CPC met en œuvre.

UNITAID joue un rôle important dans le cadre des efforts déployés à l'échelle mondiale pour combattre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme  en facilitant et accélérant la mise à disposition d'outils sanitaires améliorés notamment les médicaments et les produits de diagnostic.

 

Lire la suite

Départ du Directeur Général

La cérémonie officielle d’au revoir du Dr Guy Vernet, directeur général du Centre Pasteur du Cameroun (CPC) arrivé en fin de séjour au Cameroun s’est déroulée le 08 décembre 2016 à l’hôtel Mont Fébé.

Parmi les personnalités présentent à cet évènement, se comptaient des représentants du corps diplomatique,  des hauts cadres du Ministère de la santé (Minsanté), du Ministère de l’élevage des pêches et des industries animales, du Ministère des finances, des organisations internationales partenaires telles que  l’OMS, CDC, USAID, IRD, AFD et bien d’autres, les membres du conseil d’administration et le personnel du CPC.

C’est à 19h45 que Monsieur André Mama Fouda, ministre de la santé publique fait son entrée à l’hôtel Mont Fébé où il est accueilli par le directeur général et ses directeurs. En pratiquement une heure, cette cérémonie va connaître trois articulations principales. La première qui concerne les prises de parole va se résumer en 04 interventions. Au rang des intervenants nous aurons le DG du CPC, le Président du Conseil d’administration du CPC, le 1er Conseiller à l’Ambassade de France, représentant de Monsieur l’ambassadeur, et le Minsanté.

En prenant la parole, Dr vernet va en quelques minutes revenir sur son séjour au CPC, et principalement sur les réalisations effectuées. Il a salué la qualité des collaborateurs qu’il a eu la chance d’avoir et manifesté sa confiance par rapport aux chantiers qu’il laisse en cours. Le reste des intervenants s’est accordé à reconnaître  la contribution significative du Dr Vernet au développement du CPC à travers l’amélioration des conditions de travail et des prestations sociales, l’optimisation de la qualité des services dont le fait le plus marquant est la mise en route des annexes CPC de Douala et Bamenda. Il a également été évoqué le renforcement de la recherche et de l’expertise en santé publique, et inévitablement la coopération entre la France et le Cameroun.

A cette occasion, le Ministre de la santé n’a pas manqué de signaler au représentant de monsieur l’ambassadeur de France sa satisfaction quant aux performances du Dr Vernet, et son souhait de la mise à disposition dans le cadre de la coopération, de collaborateurs toujours aussi compétents. Le Minsanté a conclus en souhaitant bon vent et plein succès à l’illustre hôte pour la suite de sa carrière. Après ces interventions, la cérémonie s’est poursuivie par la remise d’un cadeau au Dr Vernet  par le Minsanté et l’ouverture du Cocktail.

Lire la suite

surveillance et contrôle de la rage au CPC

Le Centre Pasteur du Cameroun (CPC), laboratoire national de référence pour la surveillance de la rage humaine et la surveillance de la rage animale dans les 7 régions localisées dans la partie du Sud du Cameroun a accueilli le 25 octobre 2016 les participants à l’atelier international de formation sur le contrôle et la prévention de la rage.  Ce jour là, la cérémonie d’ouverture a été présidée par que le Pr Koulla Shiro, Représentant le Ministre de la Santé Publique, en présence du Représentant du MINEPIA, du Représentant de l’OMS au Cameroun et des autorités du CPC.

Cet atelier accueil 26 participants venant de 13 pays (Cameroun, Nigéria, Côte d’Ivoire, Rwanda, Zimbabwé, Afrique du Sud, Kenya, Ghana, Namibie, Liberia, Madagascar, RCA, Suisse). Parmi eux, des médecins, vétérinaires, personnels de laboratoire et chercheurs.

La formation durera 11 jours et au cours de cette période est sont prévus des cours théoriques en face à face ou par visio-conférences. Des travaux pratiques dans les laboratoires et des activités de terrain qui se dérouleront dans la ville de Mbalmayo.

L’organisation de ce cours au Cameroun est en soi un élément de sensibilisation et de plaidoyer pour la sous-région par rapport à la nécessité de mettre à la disposition des populations les interventions efficaces disponibles pour lutter contre la rage. C’est également une occasion de donner des outils nécessaires à différents acteurs de terrain pour conduire efficacement la lutte contre la rage dans l’optique de son élimination en 2030.

En rappel, la rage reste un problème de santé publique dans le monde avec 55000 décès humains par an dont 31000 en Asie et 24000 en Afrique.  Les raisons de cettte situation sont entre autres : l’ignorance et l’absence de sensibilisation massive, l’inaccessibilité (géographique et financière) aux traitements prophylactiques post-exposition et l’inadéquation et le sous financement des programmes de lutte contre la rage. Le chien est le vecteur principal de la maladie chez l’homme car impliqué dans plus de 98% des situations. La rage touche essentiellement les enfants, les zones rurales et les pauvres et pourtant, les mesures préventives efficaces existent (nettoyage, vaccination et ou sérothérapie).

Au Cameroun, les données sur la rage sont encore parcellaires et reflètent certainement très peu la réalité. Mais le gouvernement a engagé de nombreux efforts depuis quelques années pour maitriser cette situation et réduire l’incidence de la rage :  amélioration de l’accès géographique aux Centres antirabiques (CAR) passant de 3 CAR ( CPC Yaoundé, CPC Annexe de Garoua et Délégation régionale de la Santé Publique du Littoral) à plus de 10 CAR avec la possibilité offertes à chaque Centre de vaccination international de prendre en charge les patients mordus par les chiens suspectés d’être enragés. Les statistiques du Cameroun en 2015 montrent que 5878 morsures ont été enregistrées au cours de l’année.

  

Lire la suite