Fievre Jaune

ACTIVITÉS DE SURVEILLANCE DE LA FIÈVRE JAUNE

Le CPC est laboratoire national de référence pour la Surveillance de la Fièvre Jaune. A ce titre, il est chargé, en liaison étroite avec le Ministre de la Santé Publique (MSP) et l’Equipe pays OMS d’assurer le diagnostic sérologique et de contribuer à la surveillance épidémiologique de cette virose au Cameroun. Les cas suspects sont notifiés, prélevés et acheminés au CPC via le Programme Elargi de Vaccination (PEV) pour la recherche de la présence d’IgM anti-virus de la fièvre jaune par la technique MAC ELISA (Enzyme Linked Immunosorbent Assay, protocole CDC, USA) avec les réactifs commerciaux fournis par l’OMS.

 

Bilan annuel : Au cours de l’année 2016, 3024, 11 et 02 prélèvements ont été reçus respectivement du Cameroun (CAE), de la Guinée Equatoriale (EQG), et de Sao Tomé et Principe (STP) soit une augmentation de 10,88% par rapport à 2015 (tableau III). Après analyse, 87 (2,8%) cas ont été trouvés positifs en IgM antiamariles dont 85 provenant du CAE, 02 provenant de STP. Vingt-deux cas étaient indéterminés et provenaient du CAE.

 

Tableau 1 : Bilan des cas suspects de fièvre jaune reçus par pays et analysés au LN

La répartition des cas selon les régions (figure 1) montre que, bien que les régions du Littoral et du Centre enregistrent le plus grand nombre de cas suspects, la région du Littoral reporte le plus grand nombre de cas positifs (18). On note également, comme en 2015, un nombre de cas suspects relativement important dans les trois régions du Nord, du Sud-ouest et de l’Extrême-Nord.

 

Figure 1 : Répartition par région du nombre de cas (négatifs, indéterminés et positifs) de fièvre jaune en 2016

 

Par ailleurs, grâce au diagnostic différentiel, tous les cas IgM antiamarile positifs sont testés en IgM anti-virus de la dengue et anti-virus de West Nile. En 2016, 01 cas sur 109 était positif en IgM anti-virus de la Dengue et 02 cas sur 109 étaient positifs en IgM antivirus de West Nile.