Rage

Surveillance de la rage
Le CPC est responsable de la confirmation biologique des cas suspects de rage au Cameroun chez les chiens et également dans les cas de suspicion de rage humaine.
La rage est endémique au Cameroun et le chien y est le principal vecteur de la rage humaine. Il n'existe pas encore un plan national de lutte contre la rage au Cameroun. La surveillance passive de la rage animale est supportée financièrement par le ministère de l’élevage, des pêches et des industries animales.
Le diagnostic chez l’animal est réalisé post-­‐mortem. Ce diagnostic consiste en la détection de la nucléocapside du virus rabique sur un prélèvement frais de la corne d'Ammon et du bulbe de cerveaux d'animaux suspects de rage, grâce à un anticorps spécifique couplé à la fluorescéine. Les cas qui se révèlent négatifs par cette technique sont testés par une technique de confirmation: isolement du virus rabique sur culture des cellulaire Neuro2A (neuroblastomes murins). Le diagnostic chez l’homme est réalisé à la fois intra-­‐vitam et post-­‐ mortem. Il repose sur la détection moléculaire du génome viral (gène L) par RT-­‐PCR nichée à partir des prélèvements de salive (en intra-­‐vitam) et/ou une biopsie de peau nucale (en intra-­‐ vitam ou Post-­‐mortem).


Bilan annuel:

Rage animale: En 2015, 21 échantillons comprenant 20 têtes de chien et 1 tête de chat suspects d’être enragés ont été analysés. Le diagnostic s’est révélé positif pour 8 prélèvements sur les 21 testés.


Rage humaine: Les prélèvements (salive et biopsie de peau) 7 cas suspects provenant de Bafoussam, Garoua Boulai, Ebolowa, Mbalmayo, Ngaoundéré et Yaoundé (n=2) ont été analysés. Le diagnostic s’est révélé positif pour 2 cas : ceux de Garoua Boulai et de Ngaoundéré.
Analyses de titrage des anticorps antirabiques : le CPC sous-­‐traite les analyses de titrage des anti-­‐corps antirabiques, des animaux domestiques candidats à l’exportation, avec le laboratoire vétérinaire départemental de la Haute Garonne (Launaguet, France). Le service de virologie a reçu et envoyé 16 sérums pour titrage des anticorps antirabiques.