Poliomyélite

ACTIVITÉS DE SURVEILLANCE DE LA POLIOMYÉLITE (LABO NAT ET INTER-PAYS OMS)

Le Centre Pasteur du Cameroun abrite le laboratoire national et inter-pays pour la surveillance des cas de poliovirus au Cameroun (CAE), Tchad (CHA), Gabon (GAB), Guinée Equatoriale (EQG) et Sao Tomé et Principe (STP). Le diagnostic se fait à partir des selles d’enfants atteints de Paralysie Flasque Aiguë (PFA). Les isolats de poliovirus sauvages (PVS) et vaccinaux discordants sont envoyés en séquençage au CDC-Atlanta ou au NICD-Afrique du Sud pour confirmation comme poliovirus sauvage ou poliovirus vaccinal dérivé (VDPV).

En plus de l’activité sur la surveillance des PFA, le laboratoire polio du CPC a mis en place depuis Mai 2015, la surveillance des poliovirus dans l’environnement. Cette activité est réalisée pour les

échantillons du CAE et du CHA et une mise en place est prévue au GAB et EQG en 2017. Le diagnostic est effectué à partir des eaux usées prélevées dans des sites environnementaux identifiés au préalable. Les sites de choix sont ceux contenant la matière fécale (rigole ou cours d’eau chargée de fèces, avec écoulement moyen, forte odeur) situé dans des zones où la densité de la population est élevée. Le point de collecte est généralement le plus bas de la zone d’écoulement. Les sites étaient recensés et géo localisés pour s’assurer que les prélèvements étaient effectués aux sites identifiés. La fréquence de collecte est bimensuelle par site. L’isolement et la caractérisation moléculaire sont réalisés suivant le même protocole que pour les PFA.

Bilan annuel :

Surveillance environnementale :

- Au Cameroun, cette activité est effective dans 07 régions, avec 31 sites fonctionnels (Yaoundé, Douala, Bafoussam, Buéa, Kousséri, Bertoua, Ngaoundéré).

- Au Tchad, on a une région (Ndjamena) avec 4 sites fonctionnels qui envoient les échantillons au Cameroun depuis juillet 2015.

Comme résultats obtenus, 414 échantillons ont été reçus dont 328 du CAE et 86 du CHA

Le taux d’isolement viral pour le laboratoire est de 40,57% (168 positifs/414).

- Pour le CAE, le taux d’isolement viral est de 85,6% d’entérovirus non polio (NPENT) ; 19, 5% de poliovirus vaccinaux (Sabin 1, 2, 3 et mélanges) ; on note aussi la présence de 1,78% des Non Entérovirus (NEV) qui sont isolés.

- Pour le CHA, le taux d’isolement viral est de 94% de NPENT et 20% de polio vaccinaux.

Il ressort que les NPENT sont majoritairement isolés, soit un taux de 59, 59%, suivi des poliovirus sabin (15, 15%). Notons que les lignées cellulaires utilisées ont permis d’isoler quelques NEV (1, 5%).

L’analyse détaillée par pays et par ville (Figure 5) montre que :

- Yaoundé : 53 échantillons sur les 71 collectés sont positifs (Sabin et/ou NPENT), soit un taux d’isolement viral de 75%

- Douala : 34 échantillons sur les 91 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 37.5%

- Bafoussam : 13 échantillons sur les 103 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 13%.

- Kousséri : 06 échantillons sur les 24 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 25%.

- Ngaoundéré : 03 échantillons sur les 10 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 30%.

- Bertoua : 07 échantillons sur les 20 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 35%.

- Buéa : 02 échantillons sur les 09 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 22.5%.

- Ndjamena au Tchad : 50 échantillons sur les 86 collectés sont positifs, soit un taux d’isolement de 58.1%.

 

Ainsi, donc, la ville de Bafoussam est celle où l’on a identifié le moins de virus dans l’environnement. Ces résultats étayent les observations notées lors de l’identification des sites qui avait montré que l’eau

était assez « propre » par rapport à l’échantillon attendu. Cette situation serait favorisée par le relief de la ville où la présence de montagnes ne permet pas la stagnation des eaux qui s’écoulent rapidement.

Il est également à noter qu’une base de données Epi info a été mise en place au laboratoire en Juin 2016.