visite de l'Ambassadeur de France au Cameroun

  Gilles THIBAULT, le nouvel Ambassadeur de France au Cameroun, a effectué, avec quelques uns de ses collaborateurs, une visite au Centre Pasteur du Cameroun le 27 octobre 2016. C’est aux alentours de 15h que Gilles Thibault fait son entrée au Centre Pasteur du Cameroun. Objectif de sa présence : visiter la structure pour mieux comprendre ce que fait le Centre Pasteur du Cameroun. Pour cette occasion, il s’est entretenu avec le Président du Conseil d’Administration, le Pr Joseph Mbédé, le Directeur Général du Centre Pasteur du Cameroun, Dr Guy Vernet, le Directeur Scientifique, Dr Sara Eyangoh et le Directeur Médical, Dr Suzanne Belinga.

Par la suite, il a pu visiter un certain nombre de laboratoires notamment l’Accueil des patients, l’Open space (grand espace ouvert pour la sérologie, la biochimie et l’hématologie) et la Virologie. Au cours cette visite également, le Directeur Général du CPC lui a expliqué l’ensemble des projets de la structure pour accueillir le maximum de patients et continuer d’améliorer la qualité de leur prise en charge dans le cadre de notre mission de santé publique.

Enfin, cette visite a été aussi l’occasion de rappeler l’engagement de la France aux côtés du Centre Pasteur du Cameroun et l’assistance qu’elle apporte dans certains projets en terme de dotation d’équipements ou de prise en charge des cadres scientifiques de la Coopération.

   

Lire la suite

suivi du diabete

Le Centre Pasteur Annexe de Garoua a organisé le mardi 4 octobre 2016 à l’hôtel la Benoué, à Garoua une conférence médicale sur le thème: « Rôle du Laboratoire  dans le diagnostic et le suivi du Diabète ». Les différents intervenants étaient le Dr Louis Deweerdt, Directeur de l’annexe et le Dr Suzanne Belinga, Directeur Médical du CPC. Une quarantaine de participants ont assisté à cette conférence dont des médecins exerçant dans les hôpitaux publics et privés de la ville de Garoua. L’ensemble des participants en est sorti très satisfait et à louer ce genre d’initiative qui ne sont pas très courante dans la ville. En effet, c’était une occasion pour les participants d’être éclairés sur les activités du Centre Pasteur du Cameroun et établir un lien avec leurs propres activités.

Lire la suite

laboratoire de securité P3

  Le Laboratoire National de Référence des fièvres hémorragiques du Cameroun, hébergé par le Centre Pasteur du Cameroun, vient de se doter de plusieurs équipements de biosécurité lui permettant   de manipuler les prélèvements de patients suspectés de fièvre hémorragique (ou de tout autre pathologie nécessitant l’utilisation de mesures de sécurité maximales) pour identifier l’agent pathogène à l’origine de la maladie et réaliser  en toute sécurité les premières analyses de biochimie et d’hématologie.

Il s’agit notamment d’un Poste de Sécurité Microbiologique (PSM) de type III (boite à gants) équipé d’un automate de biochimie et d’un automate d’hématologie installé dans le laboratoire BSL-3 du CPC et de 4 boites à gants « mobiles » qui peuvent être déployées sur le terrain pour le traitement initial des échantillons lors d’alertes épidémiques.

Le CPC s'est également doté de nombreux respirateurs de type PAPR (Powered Air Purifying Respirator- système de filtration de type HEPA), équipement de protection individuel destiné à protéger les voies respiratoires supérieures des manipulateurs).

Ces équipements de certification internationale, intégrés au BSL-3, assurent une protection supplémentaire des manipulateurs, des produits infectieux et de l'environnement et font de ce laboratoire, un laboratoire de biosécurité de niveau 3+ ou BSL-3+, unique au Cameroun et dans la région Afrique Centrale pour la lutte contre les maladies émergentes.

Ces matériels ainsi que de nombreux réactifs et consommables ont été fournis au Centre Pasteur dans le cadre de son partenariat avec la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) du Département de la Défense des Etats-Unis.

 

Lire la suite

JSCPC2016 fin

  Ouvertes par le Ministre de la Santé Publique André Mama Fouda, l’Ambassadeur de France au Cameroun, Gilbert Thibault, le Ministre de l’Elevage, des pêches, et des Industries animales, Dr Taïga, le Coordonnateur des projets du Réseau International des Instituts Pasteur, Madame Victoir Kathleen, la 3ème édition des Journées Scientifiques du Centre Pasteur du Cameroun s’est tenue du 28 au 30 septembre 2016 au Palais des Congrès à Yaoundé. Au cours de ces trois jours, expositions, présentations et discussions sur la thématique des ‘’maladies émergentes et re-émergentes’’ ont étés menées dans une approche multisectorielle et interdisciplinaire.
Les conférences inaugurales du Pr Antoine Gessain et la conférence introductive et Dr Avelin Aghokeng nous montré comment différentes espèces de primates non-humains (PNH) ont été identifiés comme sources d’émergence des rétrovirus chez l’homme en Afrique Centrale. Plusieurs évènements d’émergences indépendantes à la suite des ruptures de la barrière des espèces ont été identifiés dans le temps pour le SIV et le STLV tandis que les transmissions contemporaines du Simian Foamy Virus (SFV) sont bien documentées aujourd’hui. Si certains variants de SIV et STLV se sont adaptés et ont diffusé chez l’hôte humain pour générer la pandémie du HIV-1 ou l’endémie de HTLV-1, les foamy virus n’ont pas conduit à une diffusion similaire malgré les transmissions documentées chez les chasseurs en Afrique Centrale.
Concernant les ‘’outils diagnostiques’’, il en est ressorti que plusieurs laboratoires nationaux collaborent avec les centres de référence internationaux, les réseaux internationaux de surveillance, les réseaux d’alerte et de riposte, pour l’amélioration continue des outils disponibles. Les activités de recherche que mènent les laboratoires spécialisés au Cameroun contribuent pleinement à la potentialisation des capacités des laboratoires. Si les capacités de diagnostic des infections émergentes et ré-émergentes sont disponibles pour la grande majorité des pathogènes émergents, il est évident que le nombre et la distribution des laboratoires compétents sont encore limités.
En attendant de réunir tous les moyens nécessaires, une alternative accessible serait la promotion des laboratoires mobiles. Les compétences acquises à la fois en formation théorique et en situation opérationnelle en Guinée Conakry sont maintenant disponibles au niveau national.
La dernière journée a connu également une session très riche et interactive sur ‘’les aspects épidémiologiques et la surveillance’’ qui sont très importants pour la mise en œuvre des mesures de prévention et de riposte rapide en cas d’émergence.
Les communications de cette session ont globalement montré que : La diversité des biotopes, des plantes, des pathogènes et des vecteurs en Afrique centrale, et singulièrement au Cameroun, offre des conditions favorables à l’émergence des zoonoses dans cette région. Les comportements socio-économiques et culturels des populations de forêt se révèlent également être favorables aux potentielles émergences à partir des réservoirs de la faune sauvage.
Au sortir de cette session, il ressort qu’il est nécessaire de maintenir et renforcer les systèmes de surveillance non seulement pour les agents hautement pathogènes mais aussi pour des agents qui nous semblent plus courants comme les poliovirus et le virus de la rage. La surveillance devrait également être supplément par la recherche

Dans les stratégies de prévention et de riposte contre l’expansion des maladies émergentes, les facteurs sociaux tels l’ignorance, les préjugés et la crise de confiance envers les autorités de contrôle des maladies, sont à considérer.


 

Lire la suite